Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le canal lombaire rétrécit ou étroit

Le canal lombaire rétrécit ou étroit

Le 04 février 2020
Le canal lombaire rétrécit ou étroit
J'ai une douleur persistante le long de l'arrière de la jambe quand je marche, dois-je m'inquiéter? Je boite quand je marche avec des fourmillements dans un des membres inférieurs , qui je dois consulter ? Quels examens dois-je faire?

Au niveau lombaire (bas du dos), le rachis (colonne vertébrale) est constitué de cinq vertèbres. Chacune d'entre elle comporte en son centre un orifice. C'est le canal lombaire. Il est situé entre le corps vertébral, les lames et l'épineuse (extrémitée de la vertèbre que nous sentons en passant la main le long de la colonne vertébrale.)

A l'intérieur de ce canal, se trouve la dure-mère, qui en descendant du cerveau parcourt le rachis pour venir se terminer au niveau du sacrum. C'est une gaine étanche à l'intérieur de laquelle circule le liquide céphalo- rachidien et dans laquelle se trouve la moelle jusqu'à la 1ère lombaire et qui se termine par des filaments qui constituent la "queue de cheval" formant les racines nerveuses.

Ces dernières, qui sortent par des orifices situés entre deux vertèbres donnent naissance à des nerfs essentiels à notre vie quotidienne : ils commandent les muscles de nos jambes donc la motricité et la sensibilité mais aussi les muscles pour les sphincters de l'anus, de la vessie et des organes sexuels.

Deux pathologies aux origines différentes mais aux mêmes effets :

Quand tout va bien, le canal lombaire est suffisamment large pour accueillir les racines nerveuses. Mais dans certains cas la largeur n'est plus suffisante : les racines sont alors comprimées. On parle de "canal lombaire rétréci" ou de "canal lombaire étroit". Le canal lombaire rétréci dit dégénératif apparait à partir de 65 ans environ chez les patients qui souffrent d'arthrose. Celle-ci déforme l'os des vertèbres en les faisant épaissir par endroits et réduire de ce fait l'orifice du canal. Il existe d'autres causes de rétrécissement comme une déformation du rachis survenant sur une scoliose de l'adulte ou un spondylolisthésis. Le canal lombaire étroit peut être d'origine constitutionnelle. Certains d'entre nous naissent ainsi avec un canal de petite taille ou dont la forme provoquera parfois dès la quarantaine les mêmes symptômes que ceux d'un canal rétréci.

Symptômes : Des douleurs et/ou des difficultés à marcher :

Deux types de symptômes apparaissent :

- La première est la sciatique avec sa douleur caractéristique qui descend du dos jusque dans la jambe selon un trajet bien précis.

- La seconde est la "claudication radiculaire". C'est une gène lors de la marche. Au bout de quelques minutes les patients ressentent une faiblesse de leurs jambes, un engourdissement ou des picotements. Cette sensation, qui peut parfois s'accompagner de douleur, disparait en arrêtant la marche et en s'asseyant. En reposant leurs muscles, ils diminuent ainsi l'influx nerveux de leurs jambes. En se penchant en avant lorsqu'elles marchent la gène s'estompe. Sans le savoir, elles exercent une tension des ligaments de la colonne vertébrale ce qui permet d'ouvrir légèrement le canal lombaire. C'est ce qu'on appelle le "signe du caddie". 

Dans la majorité des cas, la claudication radiculaire conduit progressivement et insidieusement le patient à restreindre son perimètre de marche, Une perte d'autonomie qu'il met sur le compte de la fatigue liée au vieillissement, en ignorant qu'elle est due à un simple problème mécanique qu'il est possible de réparer.

Un diagnostic qui passe par des images :

Les symptômes du rétrécissement peuvent évoquer des pathologies artérielles mais aussi des troubles neurologiques comme la maladie de Parkinson ou encore une simple arthrose.

Le médecin prescrit un scanner et /ou une IRM lombaire. Cela permet immédiatement de visualiser le rétrécissement canalaire. Un éléctromyogramme est également effectué pour étudier si la conduction de l'influx nerveux est ou non ralentie.

La chirurgie quand les traitements médicaux de suffisent pas :

En cas de douleur dues à un nerf coincé, le médecin prescrit des antalgiques ou des anti-inflammatoires ou encore des infiltrations. Cela ne permet pas de guérir le patient mais de le soulager. S'ils s'avèrent insuffisants, une intervention chirurgicale est recommandée.

Des interventions différentes selon la nature du rétrécissement :

L'objectif de l'intervention est de supprimer la compression des nerfs en retirant une partie des tissus qui obstruent le canal osseux qui vient comprimer un nerf ou à retirer une ou plusieurs lames d'une ou plusieurs vertèbres.